L’esprit de Dalí

 

Quelles sont tes attaches au réel ?

Et dis moi depuis quand as tu

du mal à trouver le sommeil ?

 

 

Depuis que je perçois des visions morcelées,

Comme imbriquées dans des éléments de ma vie

Sans y comprendre l’intrigue, tout m’est familié

Et je me complais au milieu du vide

 

Souvent j’entrevois la lune s'élever

Au dessus d’une main noire et squelettique

Renfermant en son creux une perle d’ivoire

Assaillie par des torrents de vent frénétiques

 

Comme si le temps n’avait aucun incident

Des montres aux longues aiguilles s’amollissent et fondent

Sous les rayons du soleil insolent.

 

Suis-je condamné à errer dans les rangs d’Eris ?

Ou dans les rues des plus grandes et cruelles sévices ?

 

Exténué des voyages sans destinations

Voilà maintenant des nuits que je n’ai pas dormi

Effrayé par mon beau monde et mes passions

Voilà maintenant des mois que je n’ai pas dormi

 

De mon esprit je pars à la reconquête

Qui, entre rêves et réalité, fait le pont

Faut-il que je me tire une balle en pleine tête

Pour espérer dormir d’un sommeil de plomb ?